Le chauffage électrique, une abberation énergetique
< Retour vers la liste des articles

Energie électrique pour le chauffage de l’habitation : une aberration physique … à moins qu’elle ne soit produit par des ressources renouvelables.

Dans les conditions générales de la production d’électricité, le chauffage électrique ne trouve pas de justification.

L’énergie électrique est en effet générée par des turbines alimentées par de la vapeur d’eau. Celle-ci est produite par la combustion de matières fossiles ou par la fission d’éléments radioactifs.

Durant ces différents processus, les 2/3 de l’énergie produite sont perdus sous forme de chaleur. D’autres pertes interviendront, inhérentes à cette forme d’énergie, au cours de son transport sur de longues distances.

De nouvelles centrales électriques, dites de « cogénération » ont fait leur apparition. Elles ont l’avantage considérable de ne plus dilapider la chaleur, mais de l’utiliser pour le chauffage urbain ou industriel. Il n’en demeure pas moins que l’usage de l’électricité en bout de course sous forme de chauffage ne résiste pas à la logique.

L’énergie électrique est performante dans ses usages « courants » : pour alimenter les besoins mécaniques et électroniques, industriels et domestiques. Elle est d’un usage éprouvé dans le domaine des transports collectifs.

Par contre, issue d’un processus initial de combustion, il est peu performant de la consommer en fin de course pour la transformer à nouveau en chaleur. Par contre, si l’énergie électrique est issue non pas de combustion, mais d’énergie renouvelable, les données sont différentes : dessin ci-dessous.

Pour en savoir plus : L'habitat durable Construire ou rénover écologique et économique Didier Carbiener Edisud 2008,2009 - pour connaître le sommaire, cliquer ici

< Retour vers la liste des articles