Aloe vera, une africaine reconnue depuis l'antiquité

Michel Courboulex

Directeur de "La Gazette des jardins", partenaire de Cap-2024

< Retour vers la liste des articles

copyright www.cap-2024.com :

La reproduction, distribution et communication de ce site ou d’extrait(s) de ce site au public sont autorisés sous quatre conditions :
Condition 1 : sous réserve du respect des droits, notamment des droits d'auteur et de copyright du créateur de ce site et des personnes/entités dont des extraits d'oeuvre sont cités sur le présent site
Condition 2 : En cas de citations d'extrait(s) de textes, sous réserve que la taille de l'extrait garantisse de ne pas en déformer le sens et le contenu
Condition 3 : sous réserve de reproduire toute photographie dans son intégralité
Condition 4 : sous réserve de citer le présent site, cap-2024.com, et d'indiquer son adresse web, http://www.cap-2024.com , à chaque reproductions d'articles, de photos ou d'extraits d'articles, avec une taille de police de caractère assurant la lisibilité de la citation.

Aloe verae au premier plan, aloe arborescens au second plan, photo Michel Courboulex

Contrairement à la plupart de sa famille, Aloe vera n’est pas originaire de l’Afrique australe.

Son aire naturelle allant des Canaries au Yemen, il était connu dès l’Antiquité.

Les médecins n’ont cessé depuis lors de découvrir ses vertus thérapeutiques. Désormais on le trouve dans des shampoings et des cosmétiques mais aussi dans une foule de médicaments.

Les chercheurs américains en ont tardivement fait leur panacée et l’aloïne produite par la plante se retrouve dans le traitement d’affections aussi diverses que le diabète, l’eczéma, les entorses et les allergies.

Cette rubrique ne traitant pas de phytothérapie, je ne saurai qu’aborder l’usage “ménager” de l’aloès.

L’application de la sève d’aloès est excellente pour la peau. Elle est particulièrement indiquée en cas de coup de soleil, de petites brûlures, de piqûres d’insectes et d’acné. L’usage est tout simple, il suffit de prélever une feuille entière et d’appliquer la sève sur la peau.

Conservez la feuille, lors de l’usage suivant il suffira de couper au cutter la fine couche sèche pour retrouver la sève gorgée d’eau. En fait, tous les aloès ont les mêmes vertus pour la peau, mais leurs feuilles sont souvent trop fines pour être facilement utilisées.

Attention par forte chaleur la sève exhale parfois des odeurs de vestiaire après un match estival, cela ne remet absolument pas en cause son efficacité. Aloe vera n’est rustique que dans les zones abritées des gels prolongés, prévoir une situation plein sud et un sol très drainant.

 

 

< Retour vers la liste des articles