Notre activité
< Retour vers la liste des articles

Décembre 2008

Que de pluie, que de pluie, la Corse reste fidèle à sa réputation de château d’eau : or bleu, sous un ciel d’azur. Depuis des mois, on se lamente facilement de ne plus le voir souvent ce ciel dégagé si coutumier. Pourtant, c’est le meilleur cadeau fait à la Corse pour l’année 2009 qui s’annonce.

Bien des microrégions connaissaient la sécheresse. Ces pluies abondantes et sommes toute réparties régulièrement sur plusieurs mois, sont idéales pour leur infiltration en profondeur et la recharge des nappes phréatiques. Le printemps sera vert, l’été, nous ne manqueront pas d’eau, la végétation sera plus résistante face aux incendies.

La zone méditerranéenne est considérée comme particulièrement concernée par les méfaits du réchauffement climatique. Sécheresses et pénuries d’eau sont déjà une réalité en bien des endroits. Alors, apprécions ces pluies à leur juste valeur, même si comme souvent, satané climat méditerranéen, elles tombent ici et là trop vite, trop fortement.

En Corse, l’or bleu n’est pas un gisement renouvelable qui tombe du ciel par hasard. L’île doit sa capacité à « attirer » les pluies et à les stocker à son relief et ses habitants. Ces derniers ont su préserver leurs richesses écologiques au cours des siècles. Situation presque unique dans le bassin méditerranéen, elle dispose d’un patrimoine arboré remarquablement bien conservé et même en extension géographique. Grâce à lui, la Corse fonctionne comme un refroidisseur des masses d’air qui « attire » les pluies. Forêts, maquis et sols bien conservés permettent leur infiltration et leur stockage.

Le cercle vertueux est entretenu : parce qu’il y a un couvert végétal, il y a de l’eau. Parce qu’il y a de l’eau, il y a un couvert végétal, … à méditer par ces temps planétaires agités.

< Retour vers la liste des articles